Blog

Le Burnout, qui est responsable ?

Le titre est très évocateur, presque provocateur ! Je les entends déjà : bah certainement pas moi !

Ces derniers temps on entend de tout sur le burnout sur les réseaux sociaux, je veux dire plus que d’habitude. Mais qu’est-ce vraiment ce phénomène. Certains le qualifient de mode. En fait non, pas du tout, il a été nommé en tout premier dans les années 80. Au départ identifié dans le milieu médical chez le personnel soignant, il s’est propagé aux autres domaines professionnels. Aujourd’hui il est sur toutes les lèvres, fustigeant un peu plus chaque fois les entreprises, et en particulier les dirigeants, qui sont les boucs émissaires idéaux !

Pas de hasard si je me suis spécialisée dans le domaine. Mes clients qui viennent me voir le savent, si vous me suivez sur les réseaux sociaux aussi, je suis passée par là. Une descente aux enfers d’un point de vue professionnel et personnel. Pour la première fois, je le partage avec vous, dans l’espoir que d’autres personnes se reconnaissent et se rendent compte que OUI on s’en sort, encore faut-il les bons outils et la volonté de s’en sortir doublée d’une perséverance à toute épreuve !

Le burnout c’est quoi en fait ? Le corps est cramé car on a épuisé toutes les réserves ! Le burnout ne vient pas du jour au lendemain, on a des signes avant-coureurs (beauuuuuuuuuuucoup de signes!) mais nous qu’est-ce qu’on fait ? Bah on les ignore car on est plus forts que tout, on est bosseur, ça ne peut pas nous arriver à nous, on prend son mal en patience, on se reposera quand on sera mort…..et j’en passe !

Oui mais voilà ! Le corps ne fonctionne pas de cette façon lui, tout ce qu’il veut c’est vivre ! Et si pour cela il doit courcuiter le mental, aucun problème ! Le burnout, c’est comme un fusil avec lequel on aurait grillé sa dernière cartouche, on a beau tirer, plus rien ne sort ! Nous n’avons pas l’habitude dans notre société de prendre soin de soi, de s’écouter car souvent entouré des croyances que ce sont les fainéants qui se reposent, ou prennent des pauses. Pour les mamans, c’est encore pire car on a le devoir de TOUT donner à ses enfants, tel un sacrifice, car s’occuper de soi avant ses enfants, mon dieu, le comble de la mauvaise mère !

Oui mais voilà, pour donner, il faut se remplir à un moment donné sinon on a plus rien à donner ! Tous les petits bobos (même le simple mal de tête, le mal de ventre, les douleurs de dos…) sont là pour nous montrer que nos besoins ne sont pas remplis ! Si on les écoute, ils disparaissent très vite, sinon le corps crie de plus en plus fort jusqu’à la rupture totale comme le burnout, ou pire une maladie !

Dans le cas du burnout, ce n’est pas anodin si on retrouve le même genre de profils, et j’ai fait partie de ceux là. Ceux qui ne savent pas dire non, qui se préoccupent du regard des autres, ceux qui sont perfectionnistes, qui ne savent pas lever le pied, ceux qui ne s’arrêtent jamais, ceux qui veulent sauver la planète entière…mais ceux qui ne se respectent pas, qui ne s’aiment pas profondément, sans concession.

Alors qui est responsable du burnout ? Même si le contexte professionnel  contribue à mettre le feu aux poudres, et qu’il convient d’agir en prévention pour que la santé des salariés ne soit plus une option avec des points de vigilance, le terrain est avant tout personnel. Sinon on se rend bien compte qu’on aurait 100% de burnout dans un même service ou une même entreprise ! Si tous les individus savaient poser leurs limites, se respecter et changer de travail quand ça devient inhumain pour tout simplement se dire oui, être acteur sans subir ? Bah toutes ces entreprises se casseraient la figure en un rien de temps ! Le dirigeant n’est rien sans ses équipes, si tout le monde en prenait conscience au lieu de croire que « on a pas le choix ! », ils auraient une sacré force !

Attention quand je dis responsable. Responsable oui, coupable non, absolument pas ! C’est difficile à admettre, je sais. La première fois que j’ai entendu ça, j’étais en colère ! Nan mais quoi, je ne me suis pas harcelée moralement toute seule, c’est bien la faute de ces 3 managers qui m’ont poussé à bout, non ? Oui mais j’ai la responsabilité de les avoir laissé faire, j’ai la responsabilité d’être allée travailler en minerve, 1 jour seulement après mon accident de voiture car j’avais 13 dossiers à sortir et que j’avais peur de laisser le travail à mes collègues, j’ai la responsabilité d’avoir travaillé de la maison dans mon lit, ordinateur sur les genoux en arrêt maladie parce que j’avais trop de nausées enceinte pour aller bosser, j’ai la responsabilité de m’être fondue dans le moule et d’avoir vendue mon âme pour un poste bien payé au Luxembourg alors que petit à petit mon corps me criait d’arrêter avec ce rythme de fou, j’ai la responsabilité de m’aimer et de me respecter !

Alors du coup, fonctionnement humain, qu’est-ce qu’on fait ? On cherche un responsable, pardis ! Non non pas nous, un responsable extérieur ! Faut pas abuser, on va pas se dire que c’est nous qui avons attiré tout ce bazar quand même ! Et pourtant….

Et comme nous sommes à 100% responsable de notre vie et de ce qui nous arrive (oui oui j’ai bien dit 100% !), les bonnes comme les mauvaises choses, il s’agit juste d’apprendre à nous connaître, de comprendre quels mécanismes en nous, quelles croyances ont fait que sans le vouloir, de manière inconsciente, on se soit fourré là dedans ?!

C’est tout l’intérêt d’un travail en profondeur sur le corps ! Si vous me suivez, vous savez quelle importance j’y attache, tout simplement parce que je récupère souvent des personnes qui ne s’en sortent pas à cause des médicaments ou des psychothérapies verbales…on oublie l’élément vital : le CORPS ! Tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime ! Si vous ne délogez pas en profondeur ce qui est bloqué dans votre corps (d’ailleurs souvent matérialisé par un certain nombre de douleurs ou de problèmes de santé), si vous ne traversez pas vos douleurs émotionnelles pour les transformer et vous épanouir pleinement, il restera ces conditionnements qui vous ont conduit jusque là, et ça recommencera ! Si vous rechutez, c’est que quelque chose n’est pas réglé !

Maintenant qu’allez-vous faire ? Rester bloquer dans cet éternel triangle en vous lamentant que vous êtes une pauvre victime ? OU Vous bouger pour entamer une transformation, qui commence maintenant ?

Car oui c’est possible, j’en suis un exemple vivant, j’ai fait un burnout professionnel profond en 2013, un mois après j’ai failli perdre ma fille pendant les fêtes de Noël ! Et pourtant me voilà aujourd’hui avec un travail passion qui a du sens, partie de rien dans ce domaine, avec des partenaires incroyables (dont je vous parlerai prochainement!), ayant participé à un colloque médical sur le burnout et des programmes d’accompagnement pour les dirigeants, pour les équipes et pour les particuliers en post-burnout, qui me permettent aujourd’hui d’aider d’autres personnes à réaliser leur rêve, à s’épanouir dans une vie plus légère et plus fun, à être 100% autonome et responsable de leur santé ! A redonner tout ce que j’ai reçu au centuple car la vie mérite d’être vécue à 2000% !

Serez-vous cette personne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *