Blog

Le Burnout, responsable mais pas coupable !

Plusieurs personnes que j’ai eu récemment soit au téléphone, soit sur les réseaux sociaux en parlent et s’insurgent même parfois dès que l’on parle de responsabilité du burnout !

« Ah ouais c’est facile, c’est de ma faute mon burnout! Comme ça mon employeur peut continuer de faire n’importe quoi ! »

« Comment ça je suis responsable de mon burnout ? Mais ce n’est pas de ma faute si je me suis fait harcelé, ou si on me presse comme un citron! »

Vous l’aurez compris, le sujet déchaîne les foules et fait monter le thermostat des plus hypersensibles à 10.000 ! Et pour cause !

Comment imaginer que nous sommes nous mêmes responsable de ce qui nous a conduit à notre perte de sens, un corps incapable de se relever et un univers complètement chamboulé !

Voilà pourquoi il me paraît bon de faire la différence entre responsabilité et culpabilité !

La culpabilité est en rapport avec la faute justement. Nous faisons sciemment quelque chose de mal et nous nous en mordons les doigts après coup. C’est d’ailleurs la seule émotion qui pourrait être classée comme négative, car elle n’apporte rien. A contrario des autres qui apporte un message, un besoin non comblé, une indication sur ce qu’il y a à réaligner, la culpabilité elle n’apporte que rumination et spirale infernale engendrant frustration. (Vous voyez le hamster qui tourne dans sa roue ?!) Et puis il ne s’agit pas de s’autoflageller en s’en rajoutant une couche ! Il y a déjà assez de travail comme ça 😉

La responsabilité est tout autre. Il s’agit de comprendre que nous sommes responsables à 100% de ce qui nous arrive dans la vie. Les bonnes choses comme les mauvaises. Si nous pouvons créer notre vie, nous pouvons également attirer des évènements pas très agréables, des expériences pour nous permettre de grandir ! (Mais quand on a le nez dedans, on a du mal à le voir comme ça forcément!) Notre cerveau, nos pensées ont un pouvoir phénoménal sur ce que l’on se permet, attire, vit…mais encore faut-il en avoir conscience ! Bah oui parce qu’on attire pas son burnout exprès, consciemment évidemment ! (On est pas masos quand même !) Par contre on l’attire parce que nous avons des mécanismes inconscients qui ont favorisé un comportement qui lui engendre ce burnout ! Et ce n’est pas pour rien qu’on retrouve les mêmes profils touchés. J’entends déjà vos objections…alors oui n’importe quelle profession est touchée mais pas n’importe qui ! Sinon on aurait 100% de burnout dans un même service ou une même entreprise ! On comprend bien que ce n’est pas le cas.

Ceci dit ça n’autorise en rien dans le milieu professionnel à cautionner certains agissements au niveau du management! Mais à mon sens, à partir du moment où l’on prend conscience des possibilités qui s’offrent à nous, de notre pouvoir sur notre santé, sur notre corps et sur notre vie au final…tout ceci disparaît comme un écran de fumée !

Ce qui se vit intérieurement se reflète dans l’extérieur, on le sait dès lors qu’on s’intéresse au développement personnel ! Donc il est beaucoup plus facile de s’attaquer aux mécanismes internes de chaque individu que d’attendre une révolution collective à grande échelle (ça prend du temps les changements de mentalité!)

Mon message : au lieu d’attendre que les causes externes de votre insatisfaction/malheur évoluent, demandez-vous qu’est-ce que vous pouvez faire pour vous sauver vous même ? Quelle sera la conséquence de ne rien faire ? Quel sera au contraire le bénéfice de sortir de cette situation vers une vie dont vous n’aviez jamais osé rêver ?

Si j’utilise le « nous » dans cet article, c’est que ce chemin je l’ai fait ! Je suis passée par ce long chemin et je continue de travailler sur moi pour éliminer des couches de croyances parce qu’en fait on a jamais fini, et c’est absolument génial de pouvoir grandir, avoir des prises de conscience, voir la vie différemment d’il y a 5 ou 10 ans, se rendre compte de tout le chemin parcouru, des réussites comme des expériences qui ont moins bien fonctionné, et de surtout continuer d’avancer et de se dépasser au quotidien !

Car c’est ça la vie ! Jouer, expérimenter, tomber, se relever et arrêter de se prendre au sérieux parce qu’au final tout se surmonte tôt ou tard !

Et toi tu en es où ? Plutôt culpabilité frustrante ou responsabilité assumée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *